Expositions


Autre regard sur l'Iran

Illustrations :

Six mois d'immersion et d'itinérance dessinent une aventure géographique, culturelle et humaine. Un parcours sur les terres qui virent naître et grandir l'une des civilisations antiques les plus brillantes du monde et où se succédèrent de puissantes dynasties. D'un bout à l'autre du pays, le patrimoine archéologique, artistique et religieux témoigne avec faste de cette histoire trois fois millénaire.

Une invitation à la découverte de l'Autre et à l'émerveillement.

Burundi, un autre regard

Illustrations :

 

Cette exposition photographique propose une découverte originale du Burundi.

Les clichés des massacres perpétrés dans ce pays et de cette guerre qui n'en finit pas ont occulté la vie simple des paysans, des pêcheurs, des artisans et la richesse culturelle de ce peuple.

Si les Tambours du Burundi ont aujourd'hui franchi toutes les frontières, au plus profond des villages, à travers tout le pays, les hommes font encore "parler le Tambour". Entre sourires et larmes, à travers cette exposition, le peuple Burundais nous offre son quotidien.

Visages d'hommes, de femmes et d'enfants qui résistent, dans ce pays entre guerre et paix, blottis dans leurs collines, à l'abri des regards indiscrets.

La pudeur et la méfiance des Barundi ne permet pas de violer l'intimité des "rugo" (habitation traditionelle), c'est seulement au prix de plus d'un an de présence sur le terrain, d'une confirance gagnée et d'un respect mutuel que Marie-Dominique a pu réaliser ce reportage.

Fiche technique :

Composition : 50 photos couleur

Format : 30 x 40 cm

Présentation sur support rigide (plexiglas)

Participation financière : En fonction de la durée de location.

Matériel publicitaire : affiches, dossiers de presse

OPTION : Film-conférence en direct - débat :

"Des tambours et des hommes : le Burundi"

Film numérique grand écran de 86 minutes.

Coeur d'Arménie

Illustrations :

Nicole Kendarian, photographe, journaliste,  au fil de 73 photos sensibles, fortes, réalistes et d'un texte poétique nous propose un voyage dans  « son » Arménie … avec pudeur et respect des traces laissées par 3000 ans d'histoire tragique, incrustée dans les rides des anciens, voilant les rires des enfants, chape de nostalgie sur ce peuple joyeux et généreux qu'elle aime profondément. Avec des photos réalistes, elle dévoile la simplicité de ses frères de cœur, à la fois si différents et si proches, qui donnent sans compter et qui, l'espace d'un repas qui tourne vite à la fête, nous montrent le paradoxe arménien, force de vie et mélancolie se frayant le même chemin dans ces âmes résolument confiantes.

Avec sa sensibilité de femme, Nicole Kendarian s'approche de ce ciel d'un bleu qui dit "Lumière!" et qui donne à ces paysages grandioses de montagnes et de forêts une allure d'éternité. Avec une fierté partagée par tous les Arméniens, elle aime voir dans les monastères imposants et les églises minuscules posées au milieu de nulle part le témoignage de foi du premier état chrétien du monde. D'ailleurs, l'Arche de Noé ne s'est-elle pas posée au sommet du Mont Ararat, ce mont mythique aujourd'hui en Turquie qui, du haut de ses 5165 mètres, reste le symbole d'une identité forte, fière de sa culture, de sa langue et de sa foi qui ont résisté aux invasions, aux séismes et aux génocides.

Et au fil de ce voyage, au détour d'un « khatchkar », croix pierre ciselée, ou d'un troupeau de moutons, vous percevrez des cantates d'étoiles et l'écho des poètes et troubadours chantera pour vous l'âme arménienne, douce et joyeuse.

« Le cœur de cette Arménie que j'aime, je vous le confie, puisse-t-il un jour vous faire rencontrer ces gens qui, n'ayant rien vous donnent tout, amour désintéressé qui enchante et déconcerte. Car l'Arménien est comme ça, il aime et il le montre. »

Corée du Sud, nouvelles du matin calme

Illustrations :

Création-reportage, exposition photos.

Royaume-érmite, du peuple vêtu de blanc, pays du matin clair, du matin calme... Que savons-nous de la Corée ?

La guerre, le boom économique, les manifestions d'étudiants, la coupe du monde de football... certes. Mais savons-nous comment s'expriment les Coréens au-delà de l'usine, libérés du travail? Quel est le piment de leur vie? Quelles valeurs les unissent ?

Le propos de ce nouveau reportage est de fouiller dans cette direction de l'échappatoire, du dérivatif, La Corée mérite qu'on s'intéresse à sa culture millénaire, brillante en marge de ses prouesses économiques. S'échapper englobe la marche en montagne, à l'assaut des sommets déchiquetés, surtout à l'automne quand les parcs nationaux s'embrasent.., l'évasion dans les rituels, l'émerveillement des reconstitutions des fastes de la cour, l'épanouissement dans les arts de la danse, de la musique, de la satire. S'échapper inclut aussi les retrouvailles le soir, dehors, sous les tentes gargotes... et bien des débordements. Comment la vapeur s'échappe de la chaudière?

Ainsi, fortes traditions confucianistes, bouddhistes, chamanistes et valeurs nouvelles de la démocratie d'entrechoquent et rechargent en énergie ces héros de la croissance. Tout bascule, se bouscule explose de liesse et de couleurs. C'est la Corée, corps et âme, échappée, débridée.

Composition : 50 photograhies couleur- Emplacement : 35 à 40 ml. Complément documentation : Brochures, livre 208 pages texte et photos.

Ethiopie, regards croisés

Illustrations :

L’Ethiopie… Le nom de ce pays est trop souvent encore associé aux spectres de la famine et de la guerre, dans la mémoire collective. Et pourtant, que de richesses ! Autrefois empire médiéval abrité sur ses hauts-plateaux, l’Ethiopie s’est construit une identité sur la légende des amours entre la reine de Saba et le roi Salomon d’Israël. Christianisée avant Rome, elle offre aujourd’hui au monde une des religions les plus ferventes et les plus riches d’histoire ; des églises excavées de Lalibela aux festivals colorés, en passant par les inaccessibles sanctuaires du Tigré et les monastères du lac Tana. C’est sur la « route historique », la route du Nord, que l’on découvre ces trésors et bien d’autres encore : obélisques d’Axoum, châteaux de Gondar. Mais l’Ethiopie d’aujourd’hui, c’est aussi la parité chrétiens-musulmans, et Harar, la quatrième ville sainte de l’islam, à l’Est, qu’on rallie en train.Au sud, au cœur du Rift, 7 lacs, 7 perles d’eau aussi différentes que mystérieuses offrent gîte et couvert à une foule de visiteurs ailés. Et si les grands fauves ne sont plus qu’un reliquat en Ethiopie, le pays compense par un endémisme animal extraordinaire, singe gélada et loup éthiopien, le canidé le plus rare au monde, en tête de liste.L’Ouest, verdoyant, patrie d’origine du café, peut être étouffant vers les basses terres qui bordent le Soudan, avant la vallée de l’Omo, et ses ethnies bouleversantes de beauté et de traditionalisme, aux portes de notre monde moderne.C’est cette Ethiopie, si extraordinaire, si belle, si riche, si particulière que nous vous invitons à découvrir. Nous l’avons sillonnée durant 7 mois à vélo et quelques autres en bus et 4X4. Un délai bien plus grand que le temps nécessaire à en tomber fous amoureux ! Osez dépasser les préjugés, la surprise est de taille !

 

Le Sahara des caravaniers

Illustrations :

Depuis les temps reculés, des files de chameaux bâtés arpentent le Sahara, le plus grand désert du monde. Au moyen-âge ces expéditions hauturières commercent entre le Maghreb et l'Afrique noire, transportent l'or, l'ivoire, les épices, le sel, les tissus, les céréales... mais aussi participent au trafic des esclaves.

Les équipées chamelières sont restées longtemps vitales pour l'Afrique, jusqu'aux périodes coloniales. Puis d'autres moyens de transports ont supplanté les files camelines. Pourtant, dans maints endroits du Sahara, la caravane persiste, garde même un rôle primordial dans le cycle des échanges et des relations humaines.

Cette exposition permet d'appréhender le commerce chamelier contemporain !

Composition : 27 photographies de format 50x75 sur alu de 60x85 hors tout / 4 panneaux pour les légendes, séparées avec vignettes de rappel.

Possibilité de compléter avec des objets usuels des caravaniers : cordages, nécessaire à thé, ustensiles divers, bijoux, pains de sel, vanneries, objets du quotidien, etc...
 

Les enfants de Siddartha

Illustrations :

L'exposition a pour but de présenter les différentes cultures qui s'épanouissent en Himalaya. Deux grandes lignes guident ce parcours initiatique à travers l'Inde du Nord, le Népal, le Tibet : l'hindouisme, dont les adeptes occupent les basses vallées et les plaines au sud du massif. Le bouddhisme tibétain qui concerne les populations vivant jusqu'à 5000 m d'altitude, dans des conditions souvent difficiles.

Module 1 : La chaîne himalayenne

Relief puissant, ou" Royaume de l'Immense", l'Himalaya est un choc brutal où les vallées s'enfoncent au creux de gorges profondes, au-dessous de hautes montanges caparaçonnées de glace, zébrées de crevasses. Le voyageur en Himalaya est discret et humble, il retourne à l'essentiel.

5 panneaux thématiques comprenant des photos, des textes pédagogiques et des illustrations. Des objets et des vêtements traditionnels. 15 photos encadrées et légendées.

Module 2 : Peuples d'Himalaya

Si l'Himalaya (montagne en tibétain) est un paysage rude et fort, ses populations ont le courage et la force que nécessite leur environnement. Hospitalité, altruisme et courage sont les qualités de ces populations qu'on retrouve réunies dans un petit royaume de légende : Le Népal-

9 panneaux thématiques, maquette de maison népalaise, figurines, objets du quotidien, 15 photos encadrées et légendées.

Module 3 : La vie spirituelle

Alors que l'Asie constitue le berceau spirituel de l'humanité, l'Himalaya, de par sa configuration physique, a permis aux populations de pérenniser leurs cultes dans leurs diversités et leurs spécificités. L'Himalaya élève l'esprit.

6 panneaux thématiques, 15 photos encadrées, légendées, objets de cultes, statues.

 

Magie de Zanzibar

Illustrations :

Cette exposition photographique nous offre la découverte d'un petit bout du monde, hors des sentiers battus.

Bâti par le vent, l'océan et les hommes, Zanzibar est un archipel métis qui a vu se croiser de nombreuses civilisations : indienne, africaine, arabe, shirazi, portugaise, anglaise... Il a su en faire sa richesse à travers une architecture superbe et unique, digne des "mille et une nuits". Il a engendré un peuple fier de sa culture swahili et de sa religion : l'islam, principale empreinte de la conquête arabe.

A travers une galerie de portraits d'hommes, de femmes et d'enfants, dans un cadre idyllique, nous découvrons un quotidien, pourtant très difficile, de paysans et de citadins.

Zanzibar qui doit sa renommée aux épices, veut recouvrer sa splendeur d'antan et place aujourd'hui tous ses espoirs dans l'algoculture et le tourisme.

 

Mahdia Zoom & Pinceau

Illustrations :

«Mahdia : Zoom &  Pinceau»

Un peintre tunisien, une photographe française,  un lieu,  une rencontre plurielle.

Au matin, au café surplombant le port moderne entre la mosquée millénaire et sa forteresse, Mahdia nous a soufflé l’idée de porter nos regards sur elle et de les mélanger. « Mahdia : Zoom & Pinceau » est née d’une histoire d’amitié,  d’une envie commune de vous faire voyager.

Authentique, entre son phare, ses marabouts, son fort, son port punique et ses barques colorées, elle est entourée d’une belle mer vive et changeante. Son cimetière marin est calme et serein, plus loin est exposé aux vagues un morceau de rempart qui protégeait le village au temps des Fatimides,  une porte en ruine orientée vers l’Orient constituant le « Mehrab *» de tout le Maghreb face à la Mecque.

Toute cette richesse, cette diversité nous a servi de guide pour ce voyage au cœur de cette médina sur mer qu’est Mahdia. Cette exposition vous permet de proposer un zoom sur Mahdia en parfaite adéquation avec le film de Yves Pétriat « Tunisie : Entre rencontres et traditions ».

Photographies : Agnès Garrigues – Peintures : Nejmi Zardoumi

* « Mehrab» : Niche en forme de porte au fond de la salle de prière qui donne la direction exacte de la Mecque.

 

Nunavut, terre des Inuit

Illustrations :

Après 4000 ans d'histoire, Nunavut «notre terre» est né en avril 1999.Pour les Inuit du nord-est du Canada, la création du Nunavut a permis d'officialiser au regard du monde une culture exceptionnelle, enracinée au plus profond d'une terre dont les paysages à la fois puissants et fragiles nous fascinent. Patience, endurance, ingéniosité, courage, respect de la terre, de la mer, des animaux et des plantes, ont permis aux Inuit de s'adapter et de survivre des millénaires dans un environnement hostile. Nomades jusqu'alors, ils se sédentarisent dans les années 50. La «civilisation» les rattrape et met en danger  jusqu'à leur existence. Désormais autonomes, les voici de nouveau maîtres de leur destin.Une superficie de 2 millions de kilomètres carrés, 4 fois la France, 28 communautés et 30.000 habitants, le vent, la neige, le blizzard, les températures de 40° à 50° en dessous de zéro, la longue nuit de l'hiver quand le soleil ne réapparaît pas, le jour éternel de l'été quand le soleil tourne sans arrêt dans le ciel, sont autant de traits prodigieux qui caractérisent l'Arctique encore aujourd'hui comme un monde "oublié du monde"...